Nouvelle

Qu’est-ce que le Social Media Engine ?

Il s’agit d’un environnement de développement qui permet de cerner une partie des conversations qui ont cours au sein de la communauté des chercheurs sur les réseaux sociaux et de les contextualiser afin de réorganiser une collection de documents à la lumière des résultats obtenus. Nous sommes plus spécifiquement intéressés par les conversations liées au corpus d’Érudit. Les mécanismes que nous utilisons sont très adaptables, et nous pourrions donc facilement appliquer ces méthodes à d’autres corpus.


À quels besoins répond le Social Media Engine ?

Nous avons constaté que les manières de présenter les documents et de diffuser les connaissances sont en plein bouleversement. Les réseaux sociaux transforment peu à peu les modalités de communication dans les milieux savants. Les environnements de développement pour les collections de documents doivent donc devenir plus dynamiques. C’est dans cet esprit que le Social Media Engine assimile les discussions qui ont cours sur les réseaux sociaux au flux d’une collection numérique.


Qui sont les principaux utilisateurs ciblés par le Social Media Engine ? Pourriez-vous donner un exemple de son utilisation ?

Les utilisateurs cibles de notre système sont des chercheurs qui se basent sur des collections de documents numériques pour mener leurs recherches. Actuellement, les méthodes d’accès des bibliothèques numériques sont généralement axées sur les caractéristiques de la collection, plutôt que d’inclure les caractéristiques de l’environnement, qui sont en constante évolution. Nous extrayons ces caractéristiques changeantes des réseaux sociaux et nous les utilisons ensuite pour réorganiser le contenu de la collection afin de répondre plus adéquatement à des requêtes d’information. Par exemple, une recherche d’articles sur la littérature canadienne faite au moment où des discussions sur ce sujet ont lieu sur Twitter (#littératurecanadienne) donnera des résultats différents de ceux qui seraient obtenus si les sujets les plus discutés étaient plutôt orientés vers les affaires internationales.


Sur quels concepts et méthodes le Social Media Engine est-il basé ?

Les concepts fondamentaux sur lesquels se base notre outil peuvent être exposés en trois points. Tout d’abord, notre cadre applicatif génère une liste de sujets rattachés à des entrées et des articles individuels dans le corpus en appliquant des méthodes d’analyse textuelle et sémantique (topic modeling). Ensuite, notre outil relie les lecteurs à des publications pertinentes en observant les tendances des réseaux sociaux et en proposant des liens vers des publications en libre accès qui peuvent être utilisées pour nourrir et enrichir la discussion. Enfin, notre moteur de recherche identifie les articles qui ont le plus d’impact sur les réseaux sociaux en examinant la fréquence à laquelle les publications en sciences humaines et sociales sont partagées et sauvegardées, ainsi que le nombre de « likes » et de commentaires qu’elles obtiennent.


Quelles sont les prochaines étapes du développement du projet ?

À ce stade-ci, un prototype fonctionnel est déployé sur des serveurs virtuels au sein de l’infrastructure de Calcul Canada. Nous efforts actuels sont axés sur la planification d’une série d’études des besoins des usagers, qui aboutira à une amélioration de l’interface utilisateur. Nous comptons lancer le prototype avant la fin de l’année.


Comment peut-on se tenir au courant des avancées du projet ?

En lisant l’infolettre de CO.SHS, évidemment !


Prototype du Social Media Engine